Vous devez être abonné

Ces sections et fonctionnalités du site sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, connectez-vous ou abonnez-vous.

CONNEXION
Organismes et associations
AGENCE DE L'EAU ARTOIS PICARDIE

Bassin Artois-Picardie

 

Circonscription : au nord et à l’ouest, les côtes de la mer du Nord et de la Manche. À l’est, la frontière belge. Au sud, les limites de cantons les plus voisins de la ligne de partage des eaux superficielles au nord du bassin de la Seine.

Superficie : 19 562,24 kilomètres carrés.

Population : 4592170 habitants (recensement 2000).

Répartition : 4 départements, 169 cantons, 2448 communes.

Cours d'eau : 8000 kilomètres.

 

Ce qu’il est convenu d’appeler le « bassin Artois-Picardie » est constitué en réalité par le groupement de bassins et sous-bassins de plusieurs rivières et fleuves constituant une mosaïque de petits pays.

 

Cependant la nature géologique du sous-sol, du fait de l’existence d’une couche de craie constituant une nappe aquifère de grande étendue, et les aménagements de l’homme, sous la forme d’un réseau de canaux navigables maillé très dense, ont donné à ces divers bassins une certaine unité.

 

Le bassin Artois-Picardie est le plus petit, en superficie (19.700 km²), des six bassins hydrographiques métropolitains créés par la loi sur l’eau de 1964 : il couvre quatre départements (Nord, Pas-de-Calais, Somme et nord de l’Aisne) et compte 2448 communes.

 

Les cours d’eau d’Artois-Picardie ne constituent pas une entité hydrographique unique comme la Seine ou la Loire. Certains ont leur bassin en totalité sur le territoire national (Somme – Canche – Authie – Aa). Les autres (Lys – Deûle – Escaut – Scarpe – Sambre) n’y ont que leur bassin amont, et justifient une gestion transfrontière.

 

Bassin sans relief marqué, il est peuplé d’environ 4,7 millions d’habitants, dont 80 % au nord des collines de l’Artois, sur environ 1/3 du territoire du bassin. La densité moyenne de population du bassin est de 235 habitants/km², soit près de 2,5 fois la moyenne nationale ou européenne.

 

Au nord des collines de l’Artois, cette densité de population peut dépasser les 500 habitants/km². Cette densité importante de population, associée à la présence d’activités économiques, génère une pression forte qui s’exerce sur un milieu naturel « fragile » car constitué de petits cours d’eau à faibles débits.

 

Environ 80 % du territoire du bassin est en surface agricole utile, pourcentage bien au-delà de la moyenne nationale, de l’ordre de 55 %, ceci au détriment essentiellement des espaces naturels et des surfaces boisées

 

Le bassin Artois-Picardie représente 6,26 % du PIB national. Il a un passé d’industries lourdes. Au cours des trois dernières décennies, il a connu une succession de restructuration et de crises industrielles touchant l’extraction charbonnière, la sidérurgie et la métallurgie des non ferreux, la construction et la réparation navale, le textile et la chimie de base pour ne citer que celles qui ont le plus marqué le bassin.

 

De son riche passé et de cette histoire industrielle, le bassin ayant représenté près de 18 % du PIB national au mieux des « trente glorieuses », il reste un passif à la fois environnemental : friches industrielles contaminées ou non, sédiments toxiques dans les cours d’eau, affaissements miniers, … et économique : taux de chômage élevé et précarité (13% du nombre total de RMIstes métropolitains), potentiel fiscal faible, …

 

Par les efforts conjugués des collectivités territoriales et de l’Etat pour redynamiser le territoire, le bassin reste néanmoins un territoire où l’industrie (automobile, agro-alimentaire, sidérurgie, papier-carton, …) et la construction occupent une place importante, représentant encore environ 26 % du PIB du bassin contre de l’ordre de 21 % en moyenne nationale.

 

Néanmoins l’analyse de l’évolution des emplois industriels montre une baisse très sensible au cours des dernières années qui érode de plus en plus la prédominance industrielle du bassin.

 

L’agriculture, la sylviculture et la pêche représentent la part la plus faible du PIB du bassin, 2,4 % du PIB, part inférieure à la moyenne nationale (2,6 %).

 

Le tourisme, qui connaît un développement très sensible, est devenu un des poids lourds du bassin : plus de 2 milliards d’euros de chiffres d’affaires annuels dont une moitié environ sur le littoral.

 

La qualité des eaux de baignade est dès lors un facteur déterminant de la pérennité de cette activité, de nombreuses études montrant en effet que l’interdiction de baignade pour cause de pollution des eaux se traduit par une baisse de 30 à 50% de la fréquentation touristique.

AEAP
200, rue Marceline
Centre tertiaire de l'Arsenal - BP 818
59508
Douai Cedex
03 27 99 90 00
03 27 99 90 15
Type d'organisme : Agence
Contacts
Bertrand Galtier
Directeur
Marcus Agbekodo
Directeur Général Adjoint, Directeur Programme et Finances et Adjoint Programme
m.agbekodo@eau-artois-picardie.fr
Jérôme Descamps
Secrétaire Général
Vincent Valin
Directeur des interventions
Arnaud Dollet
Directeur délégué Connaissances, planifications et programmes
Delphine Martin
Directrice de la Communication
Arnaud Dollet
Service expertise, ressources en eau et agriculture
Stéphane jourdan
Service milieux aquatiques et maitrise d'ouvrage
Hubert Verhaeghe
Service expertise industrie et assainissement
Etienne Grière
Service des moyens généraux